Sites et entités archéologiques

Aghmat idpcm:62225A

Située au pied du Haut-Atlas, la ville d’Aghmat occupe une place de choix au milieu de la riche vallée de l’Ourika. Connue dans les textes anciens pour avoir préexisté à l’avènement de l’Islam au Maroc (7e siècle), place idrisside florissante (8e- 9e siècles), elle se hisse au rang de capitale vers la fin du 10e sous l’émirat local des Maghrâwa puis sous l’empire Almoravide entre 1058 au 1070, elle était un lieu d’aisance et un carrefour intellectuelle dynamique avant même l’arrivée des Almoravides.

La fondation de Marrakech en 1070, n’a pas empêché Aghmat de devenir une plaque tournante du commerce transsaharien vers la Méditerranée, grâce à une élite de commerçants, appartenant à la tribu des Huwwâra, particulièrement entreprenante. Mais cette prospérité a été entamée vraisemblablement vers le milieu du 14e siècle. Les récits d’Ibn al-Khatîb, qui a visité la région et la ville vers 1360, décrivent une ville fantôme et délaissée. De cette crise, Aghmat ne réussira plus jamais à se dégager, puisque Léon l’Africain comme Marmól décrivirent une ville presque abandonnée sinon des ascètes qui occupent le centre de la ville et s’adonnent à l’agriculture et à la fabrication de la poterie. L'ancienne ville s'est ruralisée et l'habitat est en grande partie déserté et éclaté au profit de nouveaux douars.

Une ville médiévale intra-muros s’étend sur une superficie d’environ 100 hectares, dont trois monuments importants sont fouillés aujourd’hui, constituant le centre monumental médiéval de la ville d’Aghmat : le hammam, le palais, la grande mosquée et la Qubba, en plus d’une grande demeure à jardins qui vient d’être découverte,  témoignant autrefois de la prospérité de la ville.

Chronologie

Datation par période unique : Islam