Architecture et urbanisme

Ksar Z15 : Igharghar cerkas:31

اغرغر

Ancien numéro d'inventaire : Z15.2

  • Emplacement, forme et superficie
    • Emplacement : Plaine
    • Superficie (en ha) : 2.73
    • Forme : Irrégulière
  • Enceinte
    • Hauteur (en m) : 6.0
    • Type de mur : Simple avec chemun de ronde
    • Longueur (en m) : 690
    • Nombre de tours : 12
  • Entrées
    • Forme des portes : en linteau
    • Nombre d'entrées : 1

Illustrations

Relations

Matériaux et techniques de construction

Matériaux du gros oeuvre : terre battue

Notice historique et descriptive

Description :
  • Emplacement, forme et superficie
    • Emplacement : Plaine
    • Superficie (en ha) : 2.73
    • Forme : Irrégulière
  • Enceinte
    • Hauteur (en m) : 6.0
    • Type de mur : Simple avec chemun de ronde
    • Longueur (en m) : 690
    • Nombre de tours : 12
  • Entrées
    • Forme des portes : en linteau
    • Nombre d'entrées : 1
Intérêt de l'œuvre : La qualité architecturale est typique

Etat de conservation

État général de conservation : Passable
Commentaire libre : État d'occupation : En grande partie occupé Situation : Il est situé sur la plaine juxtaposant la palmeraie tout près de la route nationale. Il n’est pas loin de la célèbre kasbah Aït Hammou Ou Saïd. Toponyme : Deux explications existent : Le nom dériverait du verbe berbère « gher » signifiant « lire » . Il signifierait également « larmes » du fait du surnom donnée au saint patron du ksar Abou Elhassan « l’homme aux larmes aux yeux ».Historique : le peu de renseignements dont nous disposons ne concernent malheureusement que la période coloniale qui avait coïncidait dans cette région du Dràa avec les conflits entre la tribu arabe Oulad Yahia et les tribus berbères des Mezquitas. L’aspect défensif très marqué des ksour en est le véritable témoin. L’identité du ksar est lié au personnage du marabout de la zaouia « Abou Elhassan » (personnage pieu du 6ème siècle de l’hégire). Sa zaouia serait, d’après les dires des habitants, antérieure à celle de la zaouia naciriya de Tamegroute (16ème siècle). Population : la majorité de la population est constituée des arabes Oulad Yahia. Description : le ksar est de forme irrégulière, entouré d’une enceinte avec des tours crénelées et une entrée principale en chicane. Cette entrée est doté également par des banquettes. Les édifices communautaires sont près de l’entrée principale : mosquée, dar jmàa (maison de l’assemblée), maison d’hôtes. Cette porte s’ouvre également sur une cour « assarag » à ciel ouvert et à partir de laquelle partent les plus importantes rues de l’édifice. Les maisons sont systématiquement de part et d’autre des ruelles et impasses. Les quartiers du village sont :Derb Aït Omar,Derb Aït Bassou, Derb Aït El hajjaj, Derb Aït Touati Données socio-culturelles : les grandes familles formant le fonds humain du ksar sont : Aït Abbou , Aït Ali Benyahia ,Aït Bassou La population est majoritairement composée des arabes Oulad Yahia, sans exclure les drawa-s, les marabouts du ksar originaires de la zaouia Sidi Bouabid Cherqui et les chorfas originaires de Ouezzane du nord du Maroc. Un fait marquant est la présence de ces Oulad Yahia au milieu de deux blocs socio-politiques de la région : les Aït Seddrat et les Mezquitas. Généralités : la particularité du ksar réside dans le fait qu’il englobe un ensemble de kasbahs, relativement en bon état. Les propriétaires de l’une d’elle « Aït El bouhali » qui se considèrent encore dépositaires du pouvoir social, économique et politique d’autrefois.

Protection / Statut juridique

Type de protection : inventorié

Localisation

zones

Autres informations sur la localisation

  • D'autres coordonnées précises sont disponibles sur demande.
  • Origine du toponyme : Historique