Architecture et urbanisme

Médina de Rabat idpcm:0F794B

Médina de Rabat

Ancien numéro d'inventaire : 28/0013

Le peuplement de la région de Rabat remonte à l'époque préhistorique. Chose étant attestée par les sites et les grottes situées dans cette région et qui ont livrés des restes humains et du matériel archéologique qui se rattachent aux différentes cultures de la préhistoire.
Les romains ont fondé au début de l'ère chrétienne et sur l'emplacement de l'actuelle Chellah , la ville de "Sala".
Avec l'arrivée de l'Islam, un royaume Hérétique, celui de Bughwata , chef des tribus du Tamesna, règne entre le fleuve Oum al-Rabià et le Bouregreg. Les documents sont pauvres quant à la reconstitution assez exhaustive de l'histoire de la ville de Rabat avant le Xème siècle. Ce qui est sur c'est que la ville sera le théatre de luttes répétées entre les hérétiques de Boughwata et les fidèles musulmans. Au XIème Siècle, les Almoravides(452H/1060 J.C-542H/1147 J.C) réussirent à vaincre les hérétiques et fondèrent une forteresse sur l'emplacement actuel de la Qasba des Oudayas, et ce afin de poursuivre la guerre sainte. Cette forteresse, édifiée au début du XII ème siècle porterait le nom de Qasr Bani Targha ou de Qasbat al Amir Tachafin.

Au temps des Almohades, Abd Al Moumen fonda une forteresse, quatre années après la prise de Salé en 1146, et ce sur l'emplacement de Qsar Bani Targha. Cette forteresse était connue sous le nom d'El Mahdiya. Après la mort de Abd al Moumen, son fils Abou Youssef a décidé de fonder une cité plus grande pour regrouper les troupes rassemblées au pied de Al Mahdiya.
A la fin du XII ème siècle Yaàcoub al Mansour traça les limites physiques de Ribat al Fath en édifiant l'enceinte percée des portes, Bab alàlou, Bab al Had, Bab Rwah et Bab Zàer, appelée autrefois Bab al Hadid. Des constructions furent élevées et groupées à proximité de la qasbah et de l'oued Bou Regreg, donnant lieu à une autre agglomération qui est venue s'ajouter à la qasbah , l'agrandir et former une seule ville. La ville comprenait un vaste marché, un hammam, des fontaines et de nombreuses maisons. Après la mort du calif Yaàcoub al Mansour et la détérioration de la situation en Andalousie, la ville tomba en décadence pour devenir une simple bourgade. La région devient le théatre de luttes sanglantes entre les Mérinides et les derniers Almohades.
après la chute de l'empire Almohade, la ville de Rabat fut occupée au XIII ème siècle par les Mérinides. En effet, en 1285 les Mérinides reconstruisirent Chellah pour devenir une nécropole royale où ils enterrèrent leurs souverains et continuèrent à utiliser l'ancienne forteresse Almohade pour le gihad. J.Caillé précise que la ville de Rabat vit à cette époque sans histoire, il faudra attendre l'arrivée des Mauriscos d'Espagne au début du XVIIème siècle pour lui donner un nouveau soufle.

Après deux siècles, la ville de Rabat va connaître l'arrivée au pouvoir de deux dynasties successives à savoir les dynasties wattasside et saâdienne.
En effet, si la première a régné jusqu'au XVème siècle, elle n'a pas été forte pour résister devant les Saàdiens qui ont profité de cette faiblesse pour arriver au pouvoir vers la moitié du XVIème siècle.

Entre 1511 et 1554 ces derniers ont occupé la ville en s'installant dans la qasbah qui renfermait toujours sa garnison.

Les Morisques chassées Des villes espagnoles et qui sont venues se réfugier à Rabat ont fondé un état autonome appelé "la république des deux rives" dont le siège était l'ancienne qasbah Almohade"al Mahdiya" dont ils aménagèrent l'enceinte, réparèrent les murailles almohades, délimitant aujourd'hui l'actuelle médina, pour fonder la cité de Rabat appelé"Sala al jadid, salé le neuf" par opposition à Salé le vieux"Sala al Atiq". Ces nouveaux maîtres de la ville se lancèrent dans la piraterie qui formait la principale ressource des habitants de Rabat.
La qasbah et la ville tombèrent en 1643 sous l'autorité des Dalaïtes, qui prirent le commandement et s'installèrent à la qasbah.

Avec l'arrivée des Alaouites au pouvoir au début du XVII ème siècle, Rabat va connaître sous l'autorité des premiers souverains la paix et la quiétude. Moulay al-Rachid quitta la qasbah almohade pour édifier une résidence fortifiée dans la médina. Avec l'arrivée du Sultan Sidi Mohammed Ibn Abdellah, Rabat est toujours assimilée à la qasbah et à la ville andalouse"Salé le neuf". Le reste de la ville n'était que des vergers et des jardins cultivés par les habitants de la ville. Le souverain y éleva des maisons, des écoles et des mosquées dont la plus importante est la mosquée al-Sounna. Aussi en 1785, il a édifié son palais royal et entoura la ville d'une nouvelle enceinte qui s'étale jusqu'au quartier Agdal.

Le tissu urbain de la médina de Rabat occupe une superficie de 91 hectares dominés par deux artères perpendiculaires : la rue des consuls et la rue Souika, appelée aussi Souq as-Sabbat. La première part de la porte de la qasba au nord pour aboutir à la rue Souika au sud-est. Elle remonte à l’époque de la république de Bou Regreg (1610-1666) et tire son nom de celui des délégations étrangères qui y habitaient jusqu’en 1912. D’ailleurs le style de ses demeures offre plusieurs spécificités européennes. La rue est bordée de boutiques et de plusieurs fondouq spécialisés dans l’artisanat local : tapis, ébénisterie, maroquinerie et étoffes. A son extrémité orientale débute la seconde rue, Souq as-Sabbat, le marché aux chaussures où des artisans exposent toutes les créations d’ateliers dispersés dans plusieurs ruelles et foundouq de la médina : des chaussures traditionnelles et modernes, des objets en maroquinerie, des bijoux en or... etc. La médina englobe aussi plusieurs monuments religieux dont notamment La grande mosquée et La mosquée Moulay Slimane et des maisons luxueuses parmi lesquelles se distingue Dar Lmrini.


Arrêté v. du 08 Juillet 1922 (12 Kaâda 1340)
B. O. N° 509 du 25 Juillet 1922. P. 1190

 inscrit sur la liste du patrimoine  mondial

Notice historique et descriptive

Description :

Le peuplement de la région de Rabat remonte à l'époque préhistorique. Chose étant attestée par les sites et les grottes situées dans cette région et qui ont livrés des restes humains et du matériel archéologique qui se rattachent aux différentes cultures de la préhistoire.
Les romains ont fondé au début de l'ère chrétienne et sur l'emplacement de l'actuelle Chellah , la ville de "Sala".
Avec l'arrivée de l'Islam, un royaume Hérétique, celui de Bughwata , chef des tribus du Tamesna, règne entre le fleuve Oum al-Rabià et le Bouregreg. Les documents sont pauvres quant à la reconstitution assez exhaustive de l'histoire de la ville de Rabat avant le Xème siècle. Ce qui est sur c'est que la ville sera le théatre de luttes répétées entre les hérétiques de Boughwata et les fidèles musulmans. Au XIème Siècle, les Almoravides(452H/1060 J.C-542H/1147 J.C) réussirent à vaincre les hérétiques et fondèrent une forteresse sur l'emplacement actuel de la Qasba des Oudayas, et ce afin de poursuivre la guerre sainte. Cette forteresse, édifiée au début du XII ème siècle porterait le nom de Qasr Bani Targha ou de Qasbat al Amir Tachafin.

Au temps des Almohades, Abd Al Moumen fonda une forteresse, quatre années après la prise de Salé en 1146, et ce sur l'emplacement de Qsar Bani Targha. Cette forteresse était connue sous le nom d'El Mahdiya. Après la mort de Abd al Moumen, son fils Abou Youssef a décidé de fonder une cité plus grande pour regrouper les troupes rassemblées au pied de Al Mahdiya.
A la fin du XII ème siècle Yaàcoub al Mansour traça les limites physiques de Ribat al Fath en édifiant l'enceinte percée des portes, Bab alàlou, Bab al Had, Bab Rwah et Bab Zàer, appelée autrefois Bab al Hadid. Des constructions furent élevées et groupées à proximité de la qasbah et de l'oued Bou Regreg, donnant lieu à une autre agglomération qui est venue s'ajouter à la qasbah , l'agrandir et former une seule ville. La ville comprenait un vaste marché, un hammam, des fontaines et de nombreuses maisons. Après la mort du calif Yaàcoub al Mansour et la détérioration de la situation en Andalousie, la ville tomba en décadence pour devenir une simple bourgade. La région devient le théatre de luttes sanglantes entre les Mérinides et les derniers Almohades.
après la chute de l'empire Almohade, la ville de Rabat fut occupée au XIII ème siècle par les Mérinides. En effet, en 1285 les Mérinides reconstruisirent Chellah pour devenir une nécropole royale où ils enterrèrent leurs souverains et continuèrent à utiliser l'ancienne forteresse Almohade pour le gihad. J.Caillé précise que la ville de Rabat vit à cette époque sans histoire, il faudra attendre l'arrivée des Mauriscos d'Espagne au début du XVIIème siècle pour lui donner un nouveau soufle.

Après deux siècles, la ville de Rabat va connaître l'arrivée au pouvoir de deux dynasties successives à savoir les dynasties wattasside et saâdienne.
En effet, si la première a régné jusqu'au XVème siècle, elle n'a pas été forte pour résister devant les Saàdiens qui ont profité de cette faiblesse pour arriver au pouvoir vers la moitié du XVIème siècle.

Entre 1511 et 1554 ces derniers ont occupé la ville en s'installant dans la qasbah qui renfermait toujours sa garnison.

Les Morisques chassées Des villes espagnoles et qui sont venues se réfugier à Rabat ont fondé un état autonome appelé "la république des deux rives" dont le siège était l'ancienne qasbah Almohade"al Mahdiya" dont ils aménagèrent l'enceinte, réparèrent les murailles almohades, délimitant aujourd'hui l'actuelle médina, pour fonder la cité de Rabat appelé"Sala al jadid, salé le neuf" par opposition à Salé le vieux"Sala al Atiq". Ces nouveaux maîtres de la ville se lancèrent dans la piraterie qui formait la principale ressource des habitants de Rabat.
La qasbah et la ville tombèrent en 1643 sous l'autorité des Dalaïtes, qui prirent le commandement et s'installèrent à la qasbah.

Avec l'arrivée des Alaouites au pouvoir au début du XVII ème siècle, Rabat va connaître sous l'autorité des premiers souverains la paix et la quiétude. Moulay al-Rachid quitta la qasbah almohade pour édifier une résidence fortifiée dans la médina. Avec l'arrivée du Sultan Sidi Mohammed Ibn Abdellah, Rabat est toujours assimilée à la qasbah et à la ville andalouse"Salé le neuf". Le reste de la ville n'était que des vergers et des jardins cultivés par les habitants de la ville. Le souverain y éleva des maisons, des écoles et des mosquées dont la plus importante est la mosquée al-Sounna. Aussi en 1785, il a édifié son palais royal et entoura la ville d'une nouvelle enceinte qui s'étale jusqu'au quartier Agdal.

Le tissu urbain de la médina de Rabat occupe une superficie de 91 hectares dominés par deux artères perpendiculaires : la rue des consuls et la rue Souika, appelée aussi Souq as-Sabbat. La première part de la porte de la qasba au nord pour aboutir à la rue Souika au sud-est. Elle remonte à l’époque de la république de Bou Regreg (1610-1666) et tire son nom de celui des délégations étrangères qui y habitaient jusqu’en 1912. D’ailleurs le style de ses demeures offre plusieurs spécificités européennes. La rue est bordée de boutiques et de plusieurs fondouq spécialisés dans l’artisanat local : tapis, ébénisterie, maroquinerie et étoffes. A son extrémité orientale débute la seconde rue, Souq as-Sabbat, le marché aux chaussures où des artisans exposent toutes les créations d’ateliers dispersés dans plusieurs ruelles et foundouq de la médina : des chaussures traditionnelles et modernes, des objets en maroquinerie, des bijoux en or... etc. La médina englobe aussi plusieurs monuments religieux dont notamment La grande mosquée et La mosquée Moulay Slimane et des maisons luxueuses parmi lesquelles se distingue Dar Lmrini.


Arrêté v. du 08 Juillet 1922 (12 Kaâda 1340)
B. O. N° 509 du 25 Juillet 1922. P. 1190

 inscrit sur la liste du patrimoine  mondial

Intérêt de l'œuvre : historique et architectural.

Protection / Statut juridique

Type de protection : classé
Référence du text de protection : classé inscrit sur la liste du patrimoine mondial