Architecture et urbanisme

L'qobba Lemgarja idpcm:234CCD

La coupôle tronquée

Marabout ancien à quelques dizaine de mètres du marabout Sidi Mohamed al Bahloul, il est dit « mgarja », littéralement tronqué, parce qu’il n’a plus de coupole. De par son aspect architectural original qui se dégage des matériaux et des techniques utilisées - nettement différent des autres marabouts qui entourent la qobba du saint patron- il s’agit vraisemblablement du plus ancien monument du site. C’est un bâtiment de forme presque carrée, l’entrée dessine un double arc brisé outrepassé inscrit dans un encadrement rectangulaire. Deux colonnettes engagées en agrémentent les côtés. Les écoinçons sont timbrés par deux registres décoratifs : une inscription pieuse « barakat Mohamed » et un motif floral qui serait plutôt un matériau de remploi emprunté à un autre monument, toute la structure de la porte est construite en appareil de taille de belle facture. Cette entrée se dégage en porche de la façade du bâtiment principale, elle fut couverte par une petite coupole en berceau. De l’intérieur ce porche porte des arcs plein-cintre aveugles, ces défoncements latéraux recevaient vraisemblablement les vantaux de la porte du marabout. Le porche vient buter contre la partie principale du monument qui présente une masse architecturale assez harmonieuse par ses dimensions et le soin donné aux différents détails architecturaux. Quatre arcs aveugles brisés outrepassés ponctuent les quatre murs de la qobba. Le matériau de construction par excellence est la pierre : moellons dans la masse des murs et pierre taillée dans les chaînages d’angles et les arcs. La toiture semble avoir été bien soignée puisqu’on a relevé les traces de la pose de solives. 

Notice historique et descriptive

Description :

Marabout ancien à quelques dizaine de mètres du marabout Sidi Mohamed al Bahloul, il est dit « mgarja », littéralement tronqué, parce qu’il n’a plus de coupole. De par son aspect architectural original qui se dégage des matériaux et des techniques utilisées - nettement différent des autres marabouts qui entourent la qobba du saint patron- il s’agit vraisemblablement du plus ancien monument du site. C’est un bâtiment de forme presque carrée, l’entrée dessine un double arc brisé outrepassé inscrit dans un encadrement rectangulaire. Deux colonnettes engagées en agrémentent les côtés. Les écoinçons sont timbrés par deux registres décoratifs : une inscription pieuse « barakat Mohamed » et un motif floral qui serait plutôt un matériau de remploi emprunté à un autre monument, toute la structure de la porte est construite en appareil de taille de belle facture. Cette entrée se dégage en porche de la façade du bâtiment principale, elle fut couverte par une petite coupole en berceau. De l’intérieur ce porche porte des arcs plein-cintre aveugles, ces défoncements latéraux recevaient vraisemblablement les vantaux de la porte du marabout. Le porche vient buter contre la partie principale du monument qui présente une masse architecturale assez harmonieuse par ses dimensions et le soin donné aux différents détails architecturaux. Quatre arcs aveugles brisés outrepassés ponctuent les quatre murs de la qobba. Le matériau de construction par excellence est la pierre : moellons dans la masse des murs et pierre taillée dans les chaînages d’angles et les arcs. La toiture semble avoir été bien soignée puisqu’on a relevé les traces de la pose de solives.