Architecture et urbanisme

Aqueduc Sour El K'ouas sanae:030001

Aqueduc Sour El K'ouas

Ancien numéro d'inventaire : 03/0001

Situé au nord de la médina, cet ouvrage d'art mérinide de grande importance, a été conçu par le sultan Abou al-Hassan en 1340 pour alimenter les bâtiments, les jardins, et notamment les médersas et la grande mosquée en eau douce provenant de Aïn Barka située à quelques kilomètres au nord de la ville.

Porté sur trois grandes voûtes, l’aqueduc atteignait à l’origine une hauteur considérable de quatre mètres. A l’époque alaouite, le sultan Moulay Ismaïl l’a fait restaurer et surélever jusqu'à une hauteur de neuf mètres, afin d’élargir les arcs tout en gardant la proportion.
Des graffiti et une inscription ont été identifiés sur des contreforts réalisés sous le règne de Moulay al Moustahdi Billah, fils et successeur de Moulay Ismaïl, par le Caïd de Salé Abd al-Haq Ben Abd al-Aziz Fennich en l’an 1738-1739.
Ce canal d’adduction imposant par son architecture et par ses dimensions, constituait un deuxième mur de défense de la ville de Salé, de ses jardins, et de la route principale reliant Salé-Tanger, qui passe toujours sous l’aqueduc.

Classé patrimoine national (Dahir du 10 octobre 1914 / 19 Kâada 1332
B.O n° 104 du 19 octobre 1914, p.786

Chronologie

Date unique : XIVème siècle
Commentaire libre : Datation de la localisation : XIVème siècle

Notice historique et descriptive

Historique :

Situé au nord de la médina, cet ouvrage d'art mérinide de grande importance, a été conçu par le sultan Abou al-Hassan en 1340 pour alimenter les bâtiments, les jardins, et notamment les médersas et la grande mosquée en eau douce provenant de Aïn Barka située à quelques kilomètres au nord de la ville.

Description :

Situé au nord de la médina, cet ouvrage d'art mérinide de grande importance, a été conçu par le sultan Abou al-Hassan en 1340 pour alimenter les bâtiments, les jardins, et notamment les médersas et la grande mosquée en eau douce provenant de Aïn Barka située à quelques kilomètres au nord de la ville.

Porté sur trois grandes voûtes, l’aqueduc atteignait à l’origine une hauteur considérable de quatre mètres. A l’époque alaouite, le sultan Moulay Ismaïl l’a fait restaurer et surélever jusqu'à une hauteur de neuf mètres, afin d’élargir les arcs tout en gardant la proportion.
Des graffiti et une inscription ont été identifiés sur des contreforts réalisés sous le règne de Moulay al Moustahdi Billah, fils et successeur de Moulay Ismaïl, par le Caïd de Salé Abd al-Haq Ben Abd al-Aziz Fennich en l’an 1738-1739.
Ce canal d’adduction imposant par son architecture et par ses dimensions, constituait un deuxième mur de défense de la ville de Salé, de ses jardins, et de la route principale reliant Salé-Tanger, qui passe toujours sous l’aqueduc.

Classé patrimoine national (Dahir du 10 octobre 1914 / 19 Kâada 1332
B.O n° 104 du 19 octobre 1914, p.786

Intérêt de l'œuvre : Historique, architectural

Protection / Statut juridique

Type de protection : classé

Localisation

zones

Autres informations sur la localisation

  • Aire d'étude : Cercle de Salé
  • D'autres coordonnées précises sont disponibles sur demande.
  • Cercle de Salé