Architecture et urbanisme

Kasba Dchira sanae:190044

Kasba Dchira

Ancien numéro d'inventaire : 19/0044

à 17 km au sud de Rabat, sur la piste qui mène de la source de Aïn Attig à la source de Aïn Gbula se trouvent des ruines connues sous le nom de Dchira c'est à dire petit village.
Elle est constituée d'une enceinte de 286,5 mètres et 277,5 x143 et 145 mètres, avec une courtine de 1,25 mètres d'épaisseur.
L'enceinte est renforcée de seize tours disposées assez régulièrement: quatre sur chacun des grands côtés, deux sur les petits côtés, une à chaque angle. Elles ne font pas corps avec la courtine, elles s'y appuient seulement, sans interrompre le chemin de ronde, ni faire saillie à l'intérieur.
L'ensemble est construit en moellons à peine dégrossis disposés en lits réguliers, reliés par un mortier rougeâtre à base de chaux. Cependant, l'appareil est soigné au niveau des tours et à la porte principale.
L'enceinte renferme plusieurs bâtiments et habitations qui sont presque détruits.
Dans la région nord près du rempart, se trouve une petite mosquée dont ne subsiste que les fondations.
D'après les données archéologiques, il semble qu'il s'agit d'un petit village ou un château fort destiné à une longue résidence des troupes avec leurs familles pour surveiller en permanence la source de Aïn Gbula. Pour ce qui est de la datation de cet ouvrage, R.Thouvenot se fond sur les matériaux de construction pour dater les structures de l'epoque Almohade. De plus l'ensemble des poteries et les petites monnaies carrées nous ramènent à peu près à la même époque: le milieu du XII ème siècle.
La masse architecturale de cette forteresse témoigne de l'importance accordée à cette source riche en eau potable dont le débit journalier était sans doute très important.

Chronologie

Source de datation : Source historique
Commentaire libre : Époque ou siècle : XII ème siècle Datation de la localisation : XII è s

Personnes et organismes associés

Personne ou organisme associé : Abd el-Moumen maitre d'œuvre

Notice historique et descriptive

Historique :

Cette forteresse était construite par le calife Abd el-Moumen pour surveiller la source de Aïn Gbula qui alimentait sa nouvelle forteresse bâtie sur la rive gauche de Bouregreg.

Intérêt de l'œuvre : Historique et architectural.
Description :

à 17 km au sud de Rabat, sur la piste qui mène de la source de Aïn Attig à la source de Aïn Gbula se trouvent des ruines connues sous le nom de Dchira c'est à dire petit village.
Elle est constituée d'une enceinte de 286,5 mètres et 277,5 x143 et 145 mètres, avec une courtine de 1,25 mètres d'épaisseur.
L'enceinte est renforcée de seize tours disposées assez régulièrement: quatre sur chacun des grands côtés, deux sur les petits côtés, une à chaque angle. Elles ne font pas corps avec la courtine, elles s'y appuient seulement, sans interrompre le chemin de ronde, ni faire saillie à l'intérieur.
L'ensemble est construit en moellons à peine dégrossis disposés en lits réguliers, reliés par un mortier rougeâtre à base de chaux. Cependant, l'appareil est soigné au niveau des tours et à la porte principale.
L'enceinte renferme plusieurs bâtiments et habitations qui sont presque détruits.
Dans la région nord près du rempart, se trouve une petite mosquée dont ne subsiste que les fondations.
D'après les données archéologiques, il semble qu'il s'agit d'un petit village ou un château fort destiné à une longue résidence des troupes avec leurs familles pour surveiller en permanence la source de Aïn Gbula. Pour ce qui est de la datation de cet ouvrage, R.Thouvenot se fond sur les matériaux de construction pour dater les structures de l'epoque Almohade. De plus l'ensemble des poteries et les petites monnaies carrées nous ramènent à peu près à la même époque: le milieu du XII ème siècle.
La masse architecturale de cette forteresse témoigne de l'importance accordée à cette source riche en eau potable dont le débit journalier était sans doute très important.

Etat de conservation

Commentaire libre : Précisions sur l'état de conservation : Murs-Piliers arcs : mauvais Toits : mauvais Revêtements : mauvais Décors : mauvais

Protection / Statut juridique

Commentaire libre : le monument est dans un état de ruine, les plantes sauvages couvrent toutes les structures et les gens ne sont pas sensibilisés à l'intérêt de ce patrimoine.

Localisation

zones

Autres informations sur la localisation

  • D'autres coordonnées précises sont disponibles sur demande.
  • Cercle : Temara