Architecture et urbanisme

Place Jamaa El-Fna sanae:360001

Place Jamaa El-Fna

Ancien numéro d'inventaire : 36/0001

La place de jamaâ El Fna est un chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel qui plonge ses racines dans la culture millénaire du Maroc. Elle est une source d’inspiration pour de nombreux créateurs dans les domaines du théâtre, de la musique et du chant traditionnel, de la littérature, de la peinture.
Les formes d’expression culturelle de la place sont le produit d’un savoir-faire particulier qui fait appel à des techniques authentiques et variées selon la nature de chaque spectacle ( La Halqua, les récits de conte, charmeurs de serpents, danseurs, amuseurs de foule, acrobates).


à L' Est de Chefchaouen

Chronologie

Datation par période unique : Les Almoravides
Source de datation : Source historique
Commentaire libre : Époque ou siècle : XI ème siècle

Personnes et organismes associés

Personne ou organisme associé : Almoravides? maître d'œuvre

Notice historique et descriptive

Historique :

Les textes historiques font référence à la place depuis la fondation de la ville en 1070-71 par les Almoravides. Du XIe au XVIe siècle, la place s’est rétrécie sans disparaître en raison de l’évolution urbaine. A partir du XVII e siècle, l’appellation de « jamaâ El fna » apparaît dans les textes historiques, notamment dans Tarikh Al-Soudan de son auteur Abderrahman Es-Saâdi, et qui fait référence à une mosquée que le sultan saâdien Ahmed El Mansour Dahbi y aurait projetée. Cette mosquée s’appelait Jamaâ El Hna et puisque ses fondations ont tombé en ruine, les habitants ont transformé le nom de mosquée de quiétude (Jamaâ El hna) en mosquée de l’anéantissement (Jamaâ el Fna).
L’espagnol C.Marmol, qui a vécu à Marrakech au milieu du XVIe siècle, décrit cette esplanade et mentionne son rôle commercial. Cette activité commerciale s’accompagnait déjà au XVIIe siècle d’une animation culturelle que décrit par exemple Abou Al Hassan Al Youssi dans ses Mouhadarat.

Lambert(1867) a laissé un plan où sont mentionnés des entrepôts, des parcs pour animaux, un souk hebdomadaire et un espace réservé aux courses de chevaux à l’occasion des fêtes(Fantasia).

A partir du XXe siècle, la place commence à prendre l’aspect qu’on lui connaît actuellement. En effet, c’est à cette époque qu’ont été construits plusieurs bâtiments(poste, banque du Maroc…dés les années 1920 et dans un souci de préservation de la place Jamaâ El Fna des lois ont été promulguées en vue de cette protection. Celles –ci ont permis en fait, de sauvegarder la place en tant qu’espace et forme d’expression culturels. C’est ainsi que tout un patrimoine immatériel a continué d’être transmis de génération en génération.

Description :

La place de jamaâ El Fna est un chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel qui plonge ses racines dans la culture millénaire du Maroc. Elle est une source d’inspiration pour de nombreux créateurs dans les domaines du théâtre, de la musique et du chant traditionnel, de la littérature, de la peinture.
Les formes d’expression culturelle de la place sont le produit d’un savoir-faire particulier qui fait appel à des techniques authentiques et variées selon la nature de chaque spectacle ( La Halqua, les récits de conte, charmeurs de serpents, danseurs, amuseurs de foule, acrobates).


à L' Est de Chefchaouen

Intérêt de l'œuvre : Jamaâ El Fna représente un exemple unique en son genre d'un espace qui favorise la continuité d'une tradition en perpétuel renouvellement. Elle est le produit d'une tradition culturelle ancestrale du peuple marocain.

Etat de conservation

État général de conservation : Moyen

Protection / Statut juridique

Type de protection : classé
Référence du text de protection : Classé patrimoine mondial
Commentaire libre : - La place connaît un taux de pollution de plus en plus important en raison du trafic automobile. - La place risque d'être liée à une animation touristique aux dépens de son originalité.