Patrimoine immatériel

Tabra’ idpcm:75C18A

Poésie féminine au Sahara

Autre identifiant : Poésie féminine au Sahara

Communauté concernée : Tribus des régions sahariennes du sud marocain

Brève description

Etymologiquement, le terme « Tabra’ » dériverait de « bara’a » qui veut dire en arabe classique « compétence » ou  « savoir-faire ». Il s’agit donc d’une capacité innée chez les femmes des cultures nomades du Sahara de dire et d’exprimer leurs sentiments d’une manière poétique inédite. Tabra’ est une forme particulière de la poésie hassanie. Il fait partie de la poésie populaire dite « Laghna » basée sur la langue hassanie et transmise d’une manière orale. Elle est exclusivement créée par les femmes des régions sahariennes relevant de l’aire de la culture hassanie. Les femmes et les jeunes filles nomades excellent ainsi dans l’art de la parole prosaïque chantant leurs élans amoureux envers des hommes. Les femmes poètes chantant Tabra’ le font généralement dans l’intimité et loin des hommes et des griots qui risquent ainsi de divulguer ces expressions relevant encore de la pudeur et du tabou conformément aux mœurs et aux coutumes de la culture hassanie.

Bien que la femme sahraoui est bien émancipée et occupe un rôle décisif dans les pratiques sociales et familiales, elle n’ose pas, néanmoins, d’exprimer en public et surtout en présence des hommes ses propres sentiments d’amour. Elle opte ainsi pour lancer des vers poétiques soit dans la nature loin des regards ou entre femmes proches.

Un poème Tabra’ se compose généralement de deux vers concis mais extrêmement riches de sens et d‘insinuations dits dans un langage d’une aisance linguistique et d’une simplicité non toujours maitrisée, ce qui lui confère un degré de créativité et de sensibilité bien plus important. Tabra’ est l’art de la parole par excellence propre aux femmes des régions saharienne. Elle émane de compétences innées transmises dans l’oralité et exclusivement dans la sphère féminine.

La Ligue des Écrivaines du Maroc a bien voulu initier l'inscription de Tabra' sur l'Inventaire national du patrimoine culturel national en  soumettant une demande au Ministèe de la Culture à ce sujet . La Ligue entreprend un travail extrêmement important en matière de sauvegarde du patrimoine oral et littéraire dans les régions du sud marocain. 

Chronologie

Source de datation : Tradition orale
Commentaire libre : Comme toute la culture hassanie des tribus nomades des régions sahariennes du sud marocain, Tabra’ se perd dans l’oralité et il est aujourd’hui assez difficile de remonter le temps pour établir ses origines historiques. De tous les temps, il a fait partie de cette culture elle-même basée sur l’oralité.

Caractéristiques de l'élément

Éléments matériels associés : Il n’y a pas à proprement parler d’éléments matériels quelconques clairement liés au Tabra’. C’est une expression orale créée à des moments particuliers sans avoir recours à des objets ou à des accessoires de nature matériel palpables.
Éléments immatériels associés : L’élément immatériel essentiel lié au Tabra’ est certainement cette capacité innée chez des femmes du sud à exprimer leurs sentiments d’une manière poétique bien propre à la culture hassanie. Ce savoir-faire oral constitue l’essence même de cet élément caractéristique de la poésie populaire de la culture hassanie.
Langue utilisée : La langue utilisée est exclusivement l’arabe dialectal hassani qui, dans sa syntaxe et son lexique, est riche d’emprunts essentiellement amazighs.
Niveau de langue : Il s’agit bien évidemment d’une forme poétique présentée en vers (généralement deux) très concis.

Personnes et institutions associées

Praticien(s) | Interprète(s) : Certaines femmes des régions sahariennes
Autres participants : Tabra’ est exprimé soit dans la nature loin des regards, soit en famille ou entre amies mais toujours et exclusivement entre femmes.
Commentaires sur les participants : Plusieurs associations locales et régionales ont été créées ces derniers temps et qui s’investissent dans la sauvegarde des éléments du patrimoine culturel immatériel, notamment les expressions orales de la culture Hassanie. Dans ce cadre, La Ligue des Écrivaines du Maroc a pris l’initiative de revaloriser les créations littéraires et populaires des femmes du sud marocain.
Pratiques coutumières régissant l'accès à l'élément ou à certains aspects de celui-ci : La seule pratique coutumière qui régit clairement l’accès à l’élément est relative à ce que dictent les mœurs de la culture hassanie qui interdisent ainsi aux femmes d’exprimer et de chanter leurs productions poétiques propres en présences des hommes.
Organisations concernées : La Ligue des Écrivaines du Maroc
Organisations autres : Association Nationale féminine Saguiet el Hamra pour Tabra’ et le Développement de la Créativité

État de l'élément : viabilité

Menaces pesant sur la pratique :

Tabra’ encoure aujourd’hui le risque de disparaitre du paysage culturel populaire de la culture hassanie ; Les jeunes filles d’aujourd’hui n’expriment aucun intérêt à perpétuer ces traditions ancestrales. Les changements des modes de vie, les technologies de l’information et de la communication et la modernité supplante graduellement et d’une manière quasi irréversibles ces pratiques culturelles d’antan.

Menaces pesant sur la transmission :

La transmission au sein des familles n’est plus assurée. Les jeunes filles ignore de pan important de la créativité populaire propre à la femme hassanie

Mesures de sauvegardes existantes :

Aujourd’hui, l’Alliance des Ecrivaines Marocaine œuvre pour la sauvegarde de cet élément au travers de la documentation, de la transcription e de la vulgarisation de ces productions littéraires. Elle mène également des campagnes de sensibilisation en essayant de redonner au Tabra’ une autre dimension essentiellement créatrice et littéraire lui permettant d’être revitalisée et pérennisée.

État de conservation

État général de conservation : Mauvais
Date de vérification : avril 2018

Protection / Statut juridique

Type de protection : inventorié
Date de protection : 5 Avril 2018