Patrimoine immatériel

Pratiques, savoir-faire et rituels liés au palmier dattier idpcm:AB92

Palmier dattier

Communauté concernée : Les populations des oasis marocaines

L’élément du patrimoine culturel immatériel concerné est relatif aux pratiques et aux rituels liés au palmier dattier dans les régions géographiques connues par l’abondance de cet arbre, notamment les zones oasiennes du sud marocain. Cela concerne plus particulièrement les modalités traditionnelles de l’exploitation de l’arbre et les rituels symboliques qui font intervenir tout ou certaines parties du palmier. Le palmier dattier occupe une place primordiale dans les oasis marocaine. La vie des habitants oasiens tourne autour de cet arbre béni. Il est fondamental dans la vie économique car il fourni un revenu essentiel notamment au travers du fruit relatif aux dattes. L’aspect économique lié au palmier se présente plus particulièrement dans la fabrication traditionnelle d’un certain nombre de produits artisanaux servant dans la vie quotidienne des habitants. Le palmier incarne également une profondeur symbolique chez les habitants oasiens tant au niveau du fruit, de ses produits dérivé que de l’image de l’arbre lui-même.

Les communautés oasiennes sont intimement liées au palmier dattier depuis la plantation de la graine jusqu’à la mort de l’arbre. Des savoir-faire ancestraux et des pratiques traditionnelles transmises de génération en génération ont permis à ces communautés de maintenir l’usage et l’exploitation de cette ressource naturelle rehaussée au niveau du sacré.

Les modalités de plantation se résument en deux catégories essentielles. La première concerne la mise en terre de graines qui, une fois elles donnent de petites plantules, elles sont replantées selon les conditions requises. La deuxième catégorie, la plus récurrente est relative à la replantation des rejets qui poussent aux dépens des troncs des palmiers ou à la base de ces derniers.

La pollinisation qui se déroule généralement au début du printemps. Elle est réalisée selon des savoir-faire transmis de génération en génération et qui dénote une parfaite connaissance des propriétés botanique de l’arbre.

L’entretien des palmiers est assuré par les oasiens à des moments précis de l’année, ce qui permet d’avoir une bonne récolte. Celle-ci est entreprise pendant l’automne  selon un calendrier et des modalités régis par un compromis conventionnel accepté par les oasiens. La connaissance parfaite des propriétés intrinsèques des variétés des dattes permet aux oasiens de faire usage de pratiques spécifiques garantissant une bonne conservation du fruit.

Les usages des produits dérivés du palmier sont extrêmement multiples. Pratiquement, toutes les parties de l’arbre sont utilisés dans plusieurs domaines. Les feuilles sont mises à profit pour la confection de plusieurs objets artisanaux en vannerie. Les tiges des palmes sont utilisées dans la fabrication d’autres objets plus durs comme les chaises et les paniers. Les troncs servent de charpentes dans l’architecture traditionnelle de terre. Les  déchets, les noyaux, les fruits de mauvaise qualité sont transformés en fourrage de bétail, etc.

Les dattes incarnent une symbolique particulière chez les marocains d’une façon générale et reflète l’identité culturelle des marocains. Les dattes sont présentées aux conviés au seuil de la demeure accompagnées du lait. La saveur sucré des dattes et la blancheur du lait incarne de bons augures souhaités aux conviés. Les dattes sont également systématiquement présentes lors des fiançailles et des mariages. Echangées entre les nouveaux mariés, elles leur ouvrent la porte d’une vie conjugale d’une saveur qui se veut être continuellement agréable.  

Chronologie

Source de datation : Source historique
Commentaire libre : Il est assez difficile de restituer les origines historiques de la relation entre les habitants oasiens et le palmier dattier. Il est certain néanmoins que les monnaies gréco-romaines reflètent des images de palmiers qui reflètent l’exploitation de cet arbre béni depuis l’Antiquité. Les bas-reliefs et les peintures murales pharaoniques attestent également la présence du palmier dattier en Afrique du Nord. De même, certaines peintures rupestres sahariennes comprennent des figurations de palmier qui indiquerait que les populations des régions sahariennes et présahariennes entretenaient des relations avec cet arbre.

Caractéristiques de l'élément

Éléments matériels associés : Les pratiques et les savoir-faire liés au palmier dattier font appel à un certain nombre d’outils et d’objets matériels indispensables au cours des différentes phases de l’exploitation du palmier et des autres usages aussi bien du fruit que des autres produits dérivés. L’entretien de l’arbre est assuré par l’usage d’une longue hache fourchée à manche en bois. L’outil est régulièrement acéré chez le forgeron du village. Lors de la récolte des dattes, les oasiens font également usage de cordes permettant d’acheminer les régimes au sol notamment quand il s’agit de variétés très molles et fragiles. Le séchage et l’emmagasinage des dattes nécessitent l’usage d’autres objets tels les grandes jarres ou des paniers de vannerie généralement confectionnés à partir des feuilles du palmier. L’artisanat traditionnel basé sur l’usage des produits dérivés du palmier fournit un certain nombre de produits utilisés dans la vie quotidienne des habitants des oasis : des paniers, des chaises, des ustensiles de cuisines, etc.
Éléments immatériels associés : Plusieurs aspects immatériels sont liés aux pratiques et savoir-faire relatifs au palmier dattier. Au moment de la pollinisation manuelle, des paroles sacrés sont généralement récitées et chantées dans l’objectif de donner ultérieurement à la récolte les conditions sacrées de bonne qualité et de quantité. Le palmier lui-même est souvent assimilé à des qualités de noblesse, de courage, de persévérance, de générosité, etc. ces qualités sont traduites dans des poèmes, des adages, et bien d’autres productions orales chez les habitants des oasis. La datte incarne des aspects symboliques qui se présentent notamment lors des fêtes et des occasions festives collectives ou familiales. L’organisation de la récolte collective dans certains village est régie par un droit coutumier réglant les modalité d’accès aux champs dans un cadre tribal.
Langue utilisée : Tamazight, arabe dialectal
Niveau de langue : Dans les oasis marocaines où le palmier dattier contitue l’élément central de la vie économique des habitants, les deux langues: tamazight et arabe dialectal sont les seules langues usitées en relation avec les pratiques et les savoir-faire liés au palmier dattier. Les aspects et les formes d’usage de ces deux langues sont diveres: poésie, chants, paroles sacrés citées lors de la pollinisation, adage, proverbes, etc.
Origine perçue :

Il est assez difficile de restituer les origines historiques de la relation entre les habitants oasiens et le palmier dattier. Il est certain néanmoins que les monnaies gréco-romaines reflètent des images de palmiers qui reflètent l’exploitation de cet arbre béni depuis l’Antiquité. Les bas-reliefs et les peintures murales pharaoniques attestent également la présence du palmier dattier en Afrique du Nord. De même, certaines peintures rupestres sahariennes comprennent des figurations de palmier qui indiquerait que les populations des régions sahariennes et présahariennes entretenaient des relations avec  cet arbre.

Personnes et institutions associées

Praticien(s) | Interprète(s) : Tous les cultivateurs oasiens
Autres participants : commerçants des dattes et les produits dérivés du palmier dattier, artisans utilisants les matières premières provenant du palmier dattier
Commentaires sur les participants : Les participants englobent un large éventail allant du cultivateur au consommateur.
Pratiques coutumières régissant l'accès à l'élément ou à certains aspects de celui-ci : Il n'ya pas de pratiques coutumières régissant l'accès à l'élément
Modes de transmission :

La transmission des pratiques et des savoir-faire faire liés au palmier dattier est essentiellement assurée par un mode informel basé sur l’apprentissage continuel de père en fils et de mère en fille. Ces dernières années, certaines institutions publiques interviennent également dans le cadre de formation et de conseils dispensés aux usagers

Organisations concernées : ANDZOA, Offices de mise en valeur agricole, INRA, Groupements d'Intérêt Economique, Coopératives

État de l'élément : viabilité

Menaces pesant sur la pratique :

Bien que l’exploitation du palmier dattier continue encore à être  entreprise, certaines pratiques présentent certaines menaces relatives à leur transmission. Il s’agit notamment de la pollinisation traditionnelle manuelle, la récolte, l’entretien et les modalités d’emmagasinage. Les jeunes d’aujourd’hui dénigrent relativement ces pratiques ancestrales car ils préfèrent pratiquer des métiers plus modernes dans les grandes villes. Les périodes successives de sécheresses aggravent davantage la situation et qui amènent les jeunes à émigrer vers les centres urbains.

La transmission des savoirs et des pratiques est de plus en plus prise en charge par des institutions had hoc et par les nouvelles exploitations basées sur l’usage des nouvelles méthodes d’exploitation. Par contre, la symbolique et l’usage culturel de la datte sont toujours ancrés dans la culture des habitants oasiens et des marocains d’une façon générale.

État de conservation

État général de conservation : Bon

Protection / Statut juridique

Type de protection : inventorié