Patrimoine immatériel

Lflij: savoir-faire liés au tissage des tentes igpcm:9C1FD

La confection des tentes

Communauté concernée : Population de la province Oued Eddahab

Traditionnellement, la tente constitue le foyer par excellence de la population des provinces du sud. Ce sont les femmes qui se chargent du tissage des tentes. Dans la période où l’on tond les chèvres, les moutons et les chameaux, les femmes nettoient les poils, les font sécher puis carder avec un fagot épineux igherchal . Ensuite elles les filent au moyen d’un fuseau  meghzal, les fils obtenus sont étirés à l’aide de deux bâtons séparés d’au moins cinq mètres pendant une semaine sous le soleil, par la suite ils sont roulés sous forme de pelotes, ainsi ils sont prêts pour le tissage.Le métier à tisser est très simple, il se forme de quatre piquets uted  cloués au sol et disposés parallèlement de chaque coté. La tisseuse fait passer les fils entre les piquets en les serrant au moyen d’une petite planche et d’un fil. Il se forme ainsi une bande tissée appelé flij de 40 à 60 centimètres de largeur et de longueur prévue pour la tente. Plusieurs flij sont tissés (16 ou plus selon la grandeur voulue à la Khaima) et assemblés au moyen d’une grande épingle ichfa et un fil. On choisit alors un emplacement sur un terrain pour dresser la tente en prenant toujours soin d’orienter l’entrée vers le sud.A l’intérieur de la tente le mobilier est extrêmement simple et réduit au strict minimum étant donné les déménagements très fréquents. Ce mobilier se compose essentiellement de nattes, de coussins, de couvertures, de selles et quelques ustensiles.

Caractéristiques de l'élément

Éléments matériels associés : Tentes, outils de confection des tentes.
Éléments immatériels associés : Savoir-faire.
Langue utilisée : Dialecte hassani.

Personnes et institutions associées

Praticien(s) | Interprète(s) : Femmes.
Modes de transmission :

Oral.