Patrimoine immatériel

Tarz ntaâ igpcm:EEEA95

La broderie au fil d’or

Communauté concernée : La population de plusieurs centres urbains du Maroc.

La broderie dite ntaâ utilise comme support un tissu généralement somptueux en velours, en satin, en brocard ou en soie. Le fil du métal, enroulé sur une âme de soie, est cousu sur un carton placé en dessous du support à broder, et découpé à la forme du décor. Le motif est tracé au préalable, les trous sont percés à l’aide d’une alène ichfa en suivant le dessin d’un côté et de l’autre de la partie à couvrir. Le fil d’or fait le va et vient à l’endroit alors que le fil en soie s’exécute à l’envers par le biais d’une autre aiguille. Deux aiguilles sont donc indispensables,de même qu’un dé, une alène, une bobine de fil d’or ou d’argent et un métier bas sous forme d’une petite table. Cette broderie s’emploie dans l’ornementation de diverses pièces du costume féminin et enfantin, des chaussures traditionnelles dites chrabel, des ceintures mdamat, des burnous, des tentures murales, des coussins starmiyat, ainsi que dans l’ornementation des pièces d’harnachement. La broderie dite ntaâ compose un réseau dense, rigide et éblouissant de motifs décoratifs très diversifiés.

Illustrations

Caractéristiques de l'élément

Éléments matériels associés : Cotonnade, fil de broderie, aiguille, métier bas.
Éléments immatériels associés : Savoir-faire.

Personnes et institutions associées

Praticien(s) | Interprète(s) : Femmes et hommes.
Commentaires sur les participants : Cette broderie est exécutée par les femmes pour le costume et par les hommes pour les pièces d’harnachement.
Modes de transmission :

Oral.

Localisation

zones

Autres informations sur la localisation

  • Localisation : dans plusieurs centres urbains du Maroc.