Patrimoine mobilier

Grande porte - Bab igpcm:414F78

Porte à deux vantaux

Appellation locale ou traditionnelle : Bab

Objet en bois de cèdre. Techniques de fabrication et de décor : menuiserie, calligraphie. Grande porte, en deux volets, en bois de cèdre, taillée, aplanie, entaillée, rainurée sculptée et assemblée puis peinte (traces de peinture repérable par endroits), chaque vantail est composé d’un châssis assemblé à tenon et mortaises (à coupe à onglets) les montants et les traverses sont taillés dans des madriers épais (de 0,19 à 0,25 de largeur et 0,09 d’épaisseur), le montant principal est prolongé de cylindres cerclés de métal et destinés aux crapaudines, trois traverses consolident cette ossature, la supérieure est partiellement plaquée de métal fixé avec des têtes de deux ronds, la traverses inférieures, utilisé comme seuil de la porte dite «khouba», est plaquée de métal, le contour ou cadre formé par ce châssis est sculpté coranique y et écrit, la moitié supérieure de chaque vantail est décorée de la moitié d’un registre géométrique fait de pièces découpées et appliquées, tandis que le registre inférieur est occupé par une porte dite, verrou et charnières en fer forgé. Précisions sur l'état de conservation : exposée à l’air libre ce qui la rend sujette aux excréments de pigeon, et aux variations climatologiques, fissurée, lacunes, éclats , ternissure.

Illustrations

Description

Matériaux : Bois
Techniques de fabrication : Gravé
Dimensions : H : 4,72 m Larg. : 2,65 m épais : 0,09 m
Techniques de décor : Ciselure
État général de conservation : Mauvais
Date de vérification : 19/06/2007
Commentaire descriptif : Objet en bois de cèdre. Techniques de fabrication et de décor : menuiserie, calligraphie. Grande porte, en deux volets, en bois de cèdre, taillée, aplanie, entaillée, rainurée sculptée et assemblée puis peinte (traces de peinture repérable par endroits), chaque vantail est composé d’un châssis assemblé à tenon et mortaises (à coupe à onglets) les montants et les traverses sont taillés dans des madriers épais (de 0,19 à 0,25 de largeur et 0,09 d’épaisseur), le montant principal est prolongé de cylindres cerclés de métal et destinés aux crapaudines, trois traverses consolident cette ossature, la supérieure est partiellement plaquée de métal fixé avec des têtes de deux ronds, la traverses inférieures, utilisé comme seuil de la porte dite «khouba», est plaquée de métal, le contour ou cadre formé par ce châssis est sculpté coranique y et écrit, la moitié supérieure de chaque vantail est décorée de la moitié d’un registre géométrique fait de pièces découpées et appliquées, tandis que le registre inférieur est occupé par une porte dite, verrou et charnières en fer forgé. Précisions sur l'état de conservation : exposée à l’air libre ce qui la rend sujette aux excréments de pigeon, et aux variations climatologiques, fissurée, lacunes, éclats , ternissure.

Historique

Lieu d'exécution : Marrakech
Lieu de provenance : Marrakech
Utilisation : Fermeture des issues. Palis Badii Régions du Sud Début du XIVe s.
Datation de l'objet : Période de la construction du palais Badii.

Gestion de l'objet

N° inventaire : BO-A.197
Protection : Décret du 1118.09 du 1er joumada I 1430/27 avril 2009
Mode d'acquisition ou d'entrée : Legs
Restauration : 08/09/2006

Dépoussiérage, vernis.